Sport et crise sanitaire

État des lieux des pratiques sportives pendant la crise sanitaire

Les mesures prises par les autorités compétentes pour contrôler la propagation du coronavirus ont bouleversé de nombreux domaines. Celui des activités en plein air et du sport n’ont pas fait exception. Si certaines compétitions officielles ont été maintenues avec de nombreuses précautions à respecter pour les organisateurs et les athlètes, le sport amateur, pour sa part, a dû s’accommoder de la situation.

Les conséquences de la pandémie sur le monde du sport

Le confinement, les autorisations de sortie, la distanciation sociale à respecter et autres précautions imposées pour enrayer la propagation de la covid-19 ont porté un sérieux coup au sport amateur. Les activités en plein air et en groupe ont été fortement déconseillées, voire interdites dans certaines localités.

Les conséquences ont été plus lourdes pour les habitués des sports en salle et qui ne pouvaient pratiquer à la maison, faute de matériel ou pour d’autres raisons, puisque les clubs de sport ont dû fermer pendant quelques temps. Et une fois qu’ils ont pu rouvrir, les responsables de ces lieux devaient réorganiser tout le planning de leurs journées pour respecter la distanciation sociale et les mesures de sécurité sanitaires obligatoires.

Les solutions appliquées dans le domaine du sport amateur

Avec les mesures de confinement et le couvre-feu, les restrictions concernant la pratique sportive en intérieur, notamment celles qui concernaient le regroupement de personnes, les gérants de salles de sport ont su trouver des parades afin de rester disponibles pour leurs adhérents. Pour certains, les horaires ont été réaménagés et le nombre de personnes à accéder aux locaux a été réduit.

Pour d’autres, des séances en plein air avec respect des mesures de sécurité sanitaire ont été mis en place. D’autres encore ont misé sur les séances virtuelles en proposant des cours en vidéo et en live à leurs abonnés, accessibles sur un site internet ou sur leurs réseaux sociaux.

Les courses virtuelles ont la cote

Les amateurs de course à pied ont quand même pu profiter d’une petite liberté pendant cette période, notamment avec les attestations, et ce, malgré les limitations horaires et concernant la distance à parcourir. Les clubs de running pour leur part n’ont pas hésité à mettre à profit les avantages de la course virtuelle pour permettre à leurs membres de continuer à courir. Les organisateurs de courses solidaires non plus.

Et s’ils n’ont pas pu pas prendre part aux épreuves planifiées par ces professionnels, les runners ont tout simplement pu rejoindre des plateformes spécialisées. Ces dernières ont proposé des applications (accessibles sur inscription) permettant de rejoindre des courses, de choisir une distance à couvrir parmi celles disponibles ou suivant ses envies et possibilités, de courir sur un tapis à la maison ou sortir lorsque cela était permis.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] reprise de la pratique sportive se fait progressivement depuis début mai. La ministre des Sports et le Premier ministre ont […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *