Running et impact environnemental

Un nouveau guide pour réduire l’impact environnemental des événements sportifs

Tout événement sportif ou compétition qui se déroule en plein air ou dans la nature doit désormais faire l’objet de mesures strictes relatives à la protection de l’environnement. Un guide dans ce sens a été conçu par l’UICN et a reçu l’approbation du CIO.

A – Des guides à destination des organisateurs d’événements sportifs

Le nouveau guide de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) à l’intention des organisateurs d’événements sportifs a été rendu public le 22 avril 2020, à l’occasion de la Journée de la Terre.

Son contenu a été validé par le CIO (Comité international olympique) qui prend également à cœur la protection de l’environnement.

Il s’agit du troisième ouvrage produit par l’UICN en collaboration avec le CIO pour le monde du sport :

  1. Le premier exposait les relations principales entre la pratique des activités sportives et la biodiversité.
  2. Le second était essentiellement axé sur la limitation des impacts environnementaux des infrastructures sportives.
  3. Le dernier en date s’est concentré sur les mesures à déployer pour la réduction des impacts d’avant, pendant et après les événements sur l’environnement.

B – De nombreuses disciplines sont concernées

L’ouvrage met l’accent sur deux points majeurs :

  • les précautions à prendre pour préserver la biodiversité sur les sites de leurs événements ;
  • l’importance de la sensibilisation du public et des participants sur les enjeux environnementaux de leur comportement sur ces lieux.

Le guide trouve certes son utilité dans le domaine de la course à pied – running et environnement étant indissociables dans certaines disciplines comme le trail, les courses de montagne ou le cross-country par exemple.

D’autres événements sportifs sont toutefois également concernés, à savoir tout ceux dont tout ou partie se déroule en milieu naturel :

  • courses automobiles ;
  • compétitions nautiques (voile, aviron, ski nautique…) ;
  • ski et autres sports d’hiver…

C – Minimiser les empreintes environnementales des événements running

Concernant le running, ce guide tombe à pic. Ceux qui projettent d’organiser une course, que ce soit sur route ou une course nature, pourront s’inspirer de son contenu et appliquer les bonnes pratiques destinées à préserver la biodiversité et l’environnement. Et ce, non seulement pendant la préparation, mais également après l’événement lui-même.

Toutes ces mesures vous permettront notamment de :

  • bien délimiter les parcours afin d’éviter le piétinement des plantes ou leur destruction par les coureurs ou les spectateurs ;
  • bien choisir l’emplacement des sites de départ, de ravitaillement et d’arrivée ;
  • concevoir une stratégie de gestion des déchets efficace (pose de poubelles, ramassage des détritus après la course, etc.), etc.

L’objectif étant de réduire au minimum l’empreinte négative de l’événement dans la nature.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *