Collectif CESO évènements outdoor

Lancement d’un collectif pour accélérer la reprise des événements sportifs outdoor

Depuis le début de la crise sanitaire, les rencontres sportives en extérieur ont été annulées les unes après les autres. Et si cette année est à l’image de la précédente, des milliers d’emplois sont menacés. Avec le soutien de leurs fédérations respectives, les organisateurs de manifestations outdoor viennent de créer le Collectif Évènementiel Sportif Outdoor (CESO). L’objectif : sauver les principaux événements grâce à un plan de reprise sécurisée.

Précarité économique pour des millions de personnes

Le sport est l’un des secteurs les plus durement impactés par la pandémie. Si certaines activités sont autorisées sous conditions, les grands rassemblements sont interdits depuis mars 2020. De nombreux grands rendez-vous sportifs ont ainsi été annulés, entraînant des difficultés financières graves pour tout un écosystème.

En effet, aux quelque 5 millions de participants français et étrangers s’ajoutent les millions de salariés des associations et professionnels organisateurs d’épreuves de running (trail, course de fond…) ou de cyclisme (VTT, triathlon…), de sous-traitants, de prestataires spécialisés, sans compter les bénévoles. Par ailleurs, le secteur génère près de 1,5 milliard d’euros pour les territoires grâce aux retombées économiques et touristiques.

Pour éviter une nouvelle année « blanche », les organisateurs d’événements sportifs se sont regroupés au sein d’un collectif. Soutenus par leurs fédérations et de nombreuses organisations de référence, ils veulent agir pour sauver le maximum de compétitions sur les 14 000 qui se tiennent chaque année.

Proposition d’un plan pour une reprise rapide et maîtrisée

Le CESO a ainsi été créé en partant d’une idée de Patrick Basset, médecin de plusieurs rencontres en plein air. Depuis l’été dernier, un groupe de médecins et de scientifiques mandatés par le collectif a étudié le ratio bénéfice-risque du retour des épreuves sportives outdoor. Les conclusions, issues d’études très sérieuses, sont édifiantes :

  • Aucune des courses en extérieur qui ont pu se dérouler entre juillet et octobre 2020 et au début de cette année n’a créé de cluster.
  • Le respect de protocoles sanitaires stricts a permis de minimiser le risque de contamination.

Le CESO recommande en conséquence une reprise à partir du printemps 2021 et s’adresse aux autorités. Outre le fait de les informer de la réalité du secteur, ces professionnels souhaitent obtenir l’autorisation d’organiser un nombre limité de rencontres pilotes afin de tester les règles sanitaires mises en place et réaliser des expérimentations scientifiques destinées à rassurer toutes les parties.

Sa première motivation est bien entendu de faire sortir celui-ci de la précarité économique dans laquelle la crise l’a plongé depuis un an. Il rappelle également l’impact positif d’une pratique sportive régulière sur la santé physique et mentale des personnes et par extension, sur la productivité des entreprises et les dépenses de l’Assurance Maladie. Enfin, le collectif veut s’assurer du maintien des programmes d’aides aux entreprises de l’évènementiel en attendant le retour à la (quasi) normale de leurs activités.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *