Organiser course à pied

Préparation de course à pied : une tâche de longue haleine pour les associations

Les associations qui souhaitent organiser une course à pied auront fort à faire non seulement pendant la préparation, mais également le jour J. Une planification minutieuse s’impose pour garantir le succès de l’événement. À ce titre, plusieurs éléments sont à considérer.

1 – Le choix du type d’épreuve

L’association choisira avec soin l’épreuve de course à pied qu’elle proposera afin de rassembler un maximum de coureurs.

Trouver la bonne discipline susceptible de plaire à tout le monde est donc important. C’est essentiel pour espérer séduire les amateurs, mais aussi les adeptes du running qui ont l’habitude de s’entraîner pour courir.

Dans le doute, prévoir plusieurs parcours différents et de distances variées. Cela offrira aux participants de multiples possibilités, selon leur âge et leur niveau.

Une fois le type d’épreuve défini, reste à convaincre les clubs et associations sportives locaux de participer. La tâche s’annonce quelque peu ardue, mais en avançant les bons arguments, il est possible d’obtenir leur adhésion.

2 – La gestion du budget

La mise en place d’une course à pied engage différentes dépenses, dont :

  • le paiement des différents prestataires engagés ;
  • l’achat des lots ;
  • la location ou l’achat d’équipements de sécurité ;
  • la préparation des ravitaillements ;
  • la communication et la publicité ;
  • etc.

À noter que les associations de loi 1901 n’ont pas le droit de faire des bénéfices dans le cadre de tels événements. Il ne sera donc pas possible d’espérer gagner de l’argent pour couvrir les éventuels frais liés à l’organisation.

Le recours à des partenaires s’avère parfois indispensable. Engager des bénévoles permettra également de réduire les dépenses.

D’ailleurs, les anciens coureurs qui n’ont plus la possibilité de pratiquer le running sont souvent intéressés par une participation dans un événement relatif à leur sport préféré.

3 – La partie organisationnelle

L’événement ne pourra avoir lieu sans l’aval des autorités concernées, notamment celui des collectivités locales des lieux traversés par le parcours.

Les organisateurs devront ainsi s’occuper des diverses démarches administratives conformément à la réglementation en vigueur.

Outre la paperasserie administrative, il faudra préparer le trajet et toute la logistique qui y est relative, comme :

  • le balisage ;
  • le repérage et la mise en place le jour J des points de ravitaillement ;
  • les postes de sécurité et de premiers secours ;
  • le matériel et le ravitaillement au lieu d’arrivée.

Et parmi les autres tâches relatives à l’organisation, il faut aussi penser :

  • à la confection des dossards et à leur distribution ;
  • à l’achat et la préparation des divers lots,
  • à la communication et à la publicité
  • et à l’organisation du nettoyage des lieux (départ/arrivée, points de ravitaillement, balisage, etc.) après l’épreuve.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *