Courir en hiver

S’entraîner à la course par temps froid, quelques précautions à prendre

Personne n’aime sortir par temps de froid, quand il pleut ou quand il neige. Les adeptes de la course ne dérogent pas à la règle. Par crainte de l’hypothermie, certains renoncent à leurs séances d’entraînement, notamment pour les épreuves d’endurance, quand les températures sont basses. Or, courir lorsqu’il fait froid ne présente pas de dangers notables, dès lors que l’on prend des mesures adaptées.

A – La thermorégulation protège naturellement le coureur

La thermorégulation est un phénomène qui permet de régler la température corporelle de manière naturelle et donc de protéger le coureur du froid.

Lors d’efforts physiques intenses et soutenus, comme la course d’endurance, le corps produit de la chaleur. Cette dernière est expulsée via la peau afin de maintenir la température à l’intérieur du corps à un niveau adapté (38°C pour une personne en activité).

Il est toutefois utile de préciser que la capacité du corps à produire cette chaleur et à profiter des effets de la thermorégulation dépend de la corpulence de chacun d’une part et de l’énergie disponible d’autre part.

À noter également que plus une personne a des réserves de graisse, plus elle supportera le froid.

B – Les risques d’hypothermie sont quasi-inexistants

Concernant les risques d’hypothermie, ils ne seront importants pour le coureur entraîné que s’il arrête ses efforts pendant un long moment (plus de 90 minutes) et s’il ne rejoint pas un abri chauffé.

Lorsque la thermorégulation est stoppée par l’arrêt des activités, le corps se refroidit. Le sujet s’expose à une chute de sa température corporelle et aux engelures sur les extrémités, notamment les orteils et les doigts.

Par ailleurs, d’après les spécialistes en conseils running, s’entraîner pour les courses d’endurance à de températures entre 12 °et 14 °C peut s’avérer bénéfique pour les performances.

Toutefois, il est recommandé de modérer l’entraînement par temps froid ou par temps de pluie. Plus que l’hypothermie, les dangers d’hyperréactivité des bronches exposent à de l’asthme et à des problèmes pulmonaires.

C – Les précautions à prendre

En hiver ou tant que les températures extérieures sont basses, la préparation pour courir ne doit pas être négligée. Porter des vêtements adéquats (multicouches) s’impose pour optimiser la thermorégulation et limiter les risques d’hypothermie.

La protection des extrémités est également essentielle, ainsi que le choix des chaussures pour éviter les chutes sur les terrains glissants quand il pleut ou lorsqu’il neige.

Si le temps se gâte pendant qu’on est dehors, il est préférable de rentrer et de reporter l’entraînement.

Enfin, après la sortie, et surtout si les habits et les pieds sont mouillés, il est primordial de se changer rapidement et de se réchauffer.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *