Organiser un marathon

Conseils pour l’organisation d’un marathon

Le marathon entre dans la catégorie des courses de fond. Il est disputé sur une distance de plus de 40 km et peut, pour les plus populaires, attirer des milliers de participants. Son organisation doit ainsi être parfaite afin d’assurer la réussite de l’événement. Plusieurs éléments sont à prendre en considération pour que tout se passe au mieux, aussi bien pour les organisateurs et leurs différents partenaires que pour les coureurs.

1 – L’aspect administratif

Les épreuves de marathon empruntent habituellement les rues de grandes villes ou les routes communales. Cela signifie que les organisateurs de la course doivent se plier à la réglementation relative aux manifestations se déroulant sur la voie publique.

En général, ils devront déposer une demande d’autorisation ou une déclaration dans les préfectures des communes incluses dans le trajet, au moins 90 jours avant le jour J.

Une démarche pour l’obtention d’autorisation ou d’accord de principe auprès de l’ONF doit aussi être entreprise.

Ensuite, la course devra être inscrite dans le calendrier de la Fédération française d’athlétisme. Si vous comptez sur la participation de différents âges et niveaux, il faudra préciser et respecter les distances prévues pour chaque catégorie de coureurs.

Enfin, souscrire les assurances recommandées est impératif, notamment une RCO. À noter que l’appartenance à une association affiliée ou rattachée à la FFA est également requise.

2 – La logistique

Bien organiser un marathon implique d’assurer une logistique impeccable afin d’éviter les incidents susceptibles de porter atteinte à son bon déroulement.

Parmi les tâches essentielles figurent :

  • le recrutement et le briefing des volontaires sur leurs missions ;
  • la délimitation du parcours ;
  • l’installation des différents panneaux de signalisation ;
  • l’aménagement des lieux de départ et d’arrivée ;
  • la mise en place et l’organisation des sites de ravitaillements – incluant le choix et le mode de distribution.

Par ailleurs, l’aspect sécurité ne doit surtout pas être négligé. La présence de médecins et le recours à une organisation de secourisme sont obligatoires. Ces professionnels prendront en charge les éventuels accidents ou malaises, dont pourraient être victimes les coureurs.

3 – La publicité

Une bonne publicité optimisera l’impact de l’événement sur le public, notamment s’il s’agit d’une course dans le cadre d’un projet particulier ou d’une course solidaire.

Faire appel à des spécialistes en conseil pour organisateurs d’événements sportifs peut s’avérer d’une aide précieuse pour faire passer le message.

Les différents partenaires pourront également tirer profit d’une stratégie de communication et de publicité bien pensée.

Leurs logo, couleurs, produits et services peuvent figurer de manière notable sur les dossards et les tee-shirts distribués aux coureurs, sur les affichages divers et la signalisation ou encore sur les accessoires, comme les arches gonflables placées au départ et à l’arrivée.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] du règlement de la FFA maintient toutes les dispositions applicables entre 2018 et 2019 pour les organisateurs de courses et participants. Concrètement, la fédération accepte toujours 9 types de licences, sous réserve […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *