Chronométrage course

Organisation d’une course : comment éviter les erreurs de chronométrage ?

Le plus grand désarroi d’un coureur à l’arrivée d’une course à pied, d’un triathlon ou encore d’un trail est le défaut de classement dû à un mauvais chronométrage. Pour les organisateurs de course, voici quelques conseils essentiels pour minimiser les risques d’erreur de chronométrage.

1) Pour le chronométrage électronique : éviter l’interversion des puces et des dossards

Pour les organisateurs qui peuvent investir dans les puces de chronométrage et les tapis de lecture à placer sur la ligne d’arrivée afin de valider le temps des coureurs, le principal risque est la permutation involontaire entre les puces attitrées et le numéro de dossard. Mettez-vous à plusieurs pour valider le processus d’attribution, avec notamment une personne dédiée au contrôle.

2) Pour le chronométrage manuel : s’aider d’un logiciel dédié

Si l’on ne peut pas investir dans les puces, des logiciels sont aujourd’hui disponibles pour rationaliser le chronométrage manuel. Grâce à de telles applications, vous pourrez lancer le chronomètre de l’ordinateur en même temps que vos chronométreurs manuels.

Au moment de l’arrivée, il suffit de valider les différents temps. Les bénévoles présents sur la ligne d’arrivée n’auront plus qu’à relever l’ordre d’arrivée des coureurs. Si ces derniers arrivent au compte-gouttes, il est généralement possible de saisir immédiatement leur numéro dans le logiciel.

Mais avant la course, toutes les informations se rapportant à chaque coureur doivent être préalablement saisies sur un tableur ou directement dans le logiciel.

3) Bien délimiter la zone d’arrivée

Une ligne d’arrivée bien délimitée permet aux bénévoles de mieux suivre l’ordre des arrivées.

  • Trop large, elle risque de disperser les chronométreurs.
  • Trop étroite, la ligne empêche les éventuelles fins de course au sprint.

Si possible, il faut disposer de deux chronométreurs et de deux bénévoles qui consigneront l’ordre des dossards pour permettre une confrontation si besoin est.

4) Distinguer les dossards entre les différentes catégories et courses

S’il y a plusieurs catégories de courses ou de coureurs, pensez à distinguer leurs dossards grâce à des couleurs différentes afin de faciliter leur repérage sur la ligne d’arrivée. Le mieux est de dédier un ordinateur et quelques bénévoles qui relèveront le temps de chaque catégorie.

5) Isoler le local technique dédié au chronométrage

Même s’il est proche de la ligne d’arrivée, pensez à isoler votre local consacré au chronométrage des coureurs. Ceci est nécessaire pour éviter d’être assailli par des demandes de temps et de classement. Vous aurez besoin de piquets, de rubans et de l’aide de bénévoles.

Le chronométrage nécessite de la précision. N’hésitez donc pas à faire de nombreux tests pour valider le processus et minimiser les risques d’erreur.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] de courses officielles, marathon, semi-marathon, trail… le chronomètre est la seule référence pour se situer par rapport aux autres coureurs. Actuellement, […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *