Le running et la pollution

Même si nombreuses sont les mesures mises en place afin de protéger la qualité de l’aire, il faut dire que celle-ci n’est pas toujours au rendez-vous.

On n’arrête pas de parler de la pollution de l’air, des particules PM10 et de toutes les conséquences que cela peut entraîner. Mais, comment faire alors pour éviter les risques liés à ce problème, surtout quand cela peut directement toucher nos séances de running ?

Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à mieux gérer votre running en cas de pollution dans des zones particulièrement touchées et dont la qualité de l’air n’est pas très bonne :

Évitez de courir les jours où il fait plus chaud, surtout s’il n’y a pas un brin d’air. Mais aussi, évitez de courir les jours où le pic de pollution est très élevé.

Prenez le soin de bien choisir le moment de la journée pour courir. Si c’est possible, évitez de faire votre running en heure de pointe quand il y a beaucoup de circulation, notamment si vous courez en ville.

Il vaut mieux, également, bien planifier le parcours afin de passer par des lieux où il n’y a pas beaucoup de circulation et éviter, ainsi, les feux, les croisements et les zones de passage de poids lourds. Si vous êtes dans la possibilité de vérifier la qualité de l’air des lieux où vous avez planifié votre passage, c’est beaucoup mieux encore !

Si nécessaire, n’hésitez pas à utiliser des masques respiratoires pour vous protéger efficacement de la pollution. Les meilleures masques, ce sont ceux équipés d’une valve qui empêche la formation de condensation.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *