Courir pour apaiser l’anxiété

Il est actuellement prouvé que l’activité physique à une influence positive sur l’état d’anxiété. Des études réalisées ces dernières années sont venues confirmer cette théorie selon laquelle le fait de pratiquer du sport apporte d’importants bénéfices aux symptômes d’anxiété. Les progrès sont vraiment remarquables au bout de 10 semaines d’activité physique continue et constante.

Courir, parmi d’autres modalités sportives, est sans aucun doute un bon remède contre l’anxiété et le stress. Les bénéfices, aussi bien physiques que psychologiques, sont visibles presque tout de suite, après avoir passé une première étape où nous allons rencontrer, évidemment, des moments de fatigue qu’il va falloir surmonter. Même s’il est nécessaire, dans des cas d’anxiété sévère et d’angoisse, de suivre un traitement médical et un suivi adéquat, il ne faut pas oublier que courir de façon régulière contribue à la prévention de l’anxiété et favorise efficacement l’apaisement des symptômes même dans des cas graves.

Les améliorations qui découlent de la pratique d’un exercice régulier, conformément à de nombreuses études, impliquent l’atténuation des symptômes aigües de l’anxiété mais aussi la diminution du trait stressant qu’on retrouve chez une personne anxieuse. Les bénéfices sont si importants qu’au bout de deux mois et demi, environ, on peut déjà sentir des améliorations comparables à celles qu’on ressent à l’issue d’une thérapie psychologique.

Nombreux sont les experts en la matière qui assurent que la pratique d’une activité physique aérobie (cardiovasculaire) modérée est importante et qu’elle est d’une grande aide aux traitements pharmaceutiques contre l’anxiété. L’exercice aérobie est un vrai antidépresseur et courir est donc une forme efficace pour prévenir et traiter la dépression (qui bien souvent va de pair avec l’anxiété). En alternant le running avec la psychothérapie nous fortifions l’action antidépresseur.

Comment le running peut influer sur mon anxiété ?

1./ D’abord, le bénéfice est d’ordre psychologique, en augmentant le contrôle sur soi et, par conséquent, le sentiment d’auto-efficacité. Courir, tout comme n’importe quelle activité physique, est l’acte le plus immédiat de lutte contre l’anxiété, son effet étant comparable à celui des techniques de relaxation.

2./ Courir agit sur les paramètres cardiovasculaires (tachycardie et hypertension). La course aide à la perte du poids et à la tonification du corps et, par conséquence, elle contribue à augmenter l’estime de soi. Suivre un programme d’entraînement est une façon de se fixer des objectifs et d’accomplir ce but fixé avec soi-même ce qui, sans aucun doute, est psychologiquement bénéfique.

3./ Courir est une superbe façon de décharger les tensions et de se défouler. En plus, il n’y a pas de limite d’âge pour commencer, le plus important est de réaliser correctement les exercices en accord avec l’âge et les caractéristiques physiques de chacun. Ceux qui désirent débuter avec le running devront commencer doucement après un programme concret pour les non-initiés. Augmenter progressivement les exercices est un des éléments clé afin d’adapter l’organisme et de combattre le stress et l’anxiété.

4. / Il ne faut pas forcer ni le mental ni le corps, il faut s’habituer doucement aux nouveaux rythmes. Il faut prendre en considération qu’au début, la sensation de fatigue peut décourager avec une envie d’abandonner mais la persévérance et la détermination sont indispensables pour surmonter cette étape. Une fois que le rythme sera trouvé, le corps et le mental éprouveront un vrai plaisir !

KEEP RUNNING!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *